Arts et justice

Comment les œuvres d’art nous permettent-elles de voir autrement le droit et la justice ? Le séminaire Arts et justice réunit à chaque séance un artiste contemporain autour de son travail et deux commentateurs, l’un esthétique, l’autre juriste, afin de créer un débat où s’éprouvent la capacité critique de l’art comme capacité créative du droit. On s’intéressera aux représentations du procès, de la peine et des prisons, ainsi qu’ aux œuvres issues des mouvements sociaux qui remettent en question l’exercice du droit et de la justice tels la défense des droits des migrants, Black Lives Matter, #MeToo… La perspective comparatiste – droit français, américain, britannique – et internationale – s’adresse autant aux chercheur.s.es et étudiant.e.s en arts et en littérature qu’aux juristes et aux sociologues du droit. Sur ce blog, nous annonçons les séminaires à venir et publions les archives des rencontres passées.

Séminaire-rencontre avec Arno Bertina et Mathieu Larnaudie : écrire les procès

Le XXe siècle peut-il être raconté à travers ses procès ? C’est l’hypothèse que les écrivains Mathieu Larnaudie et Arno Bertina ont mise à l’épreuve dans le livre collectif qu’ils ont édité, En Procès, une histoire du XXe siècle (Editions Inculte, 2016), où sont réunies 20 “fictions politiques” qui racontent 20 procès qui ont jalonné le siècle dernier. Lors de la rencontre avec ces deux écrivains, il sera également question du livre La Raison des plus forts. Le procès de France Télécom (Editions de l’Atelier, 2020) où écrivains, dessinateurs, sociologues et militants ont pris la plume pour raconter le déroulement de ce procès emblématique à propos de la souffrance au travail. Dans ce livre, pour lequel Arno Bertina a été conseiller littéraire, est proposé un autre rapport entre écrivain, procès et histoire. Après une présentation de ces ouvrages par les écrivains, Christine Baron, Professeure de littérature comparée à l’université de Poitiers, et François Desprez, juriste au CDPC (Paris Nanterre) commenteront ces textes, avant une discussion plus libre avec la salle.

Date : 16 juin 2022, 18h-20h

Lieu : Salle 352, bâtiment Simone Veil, Université Paris Nanterre

Pour écouter l’enregistrement de la séance, écrivez à ntoth@parisnanterre.fr

 

Séminaire-rencontre avec Nicolas Daubanes : art et prison

Nicolas Daubanes, Mauvaise oeil : porte de prison des geôles de Châteaudun, 2021

Nicolas Daubanes poursuit depuis des années une réflexion plastique autour de l’enfermement, la révolte et les gestes d’émancipation dans des situations de contrainte. Son travail se nourrit de dizaines d’ateliers en milieu carcéral et des résidences dans des prisons historiques, dont le Fort de Montluc à Lyon. Il se sert de la matière même des lieux — ses structures architecturales, son mobilier, la nourriture de la cantine, le principe de vidéosurveillance — pour en faire des oeuvres d’art. Celles-ci conjuguent force et fragilité — le fer réduit en limaille, le bois transformé en sciure, les tuiles de toit cassées, le béton mélangé avec du sucre — pour mieux explorer les gestes de libération et leurs paradoxes, pour interroger les pratiques carcérales du présent comme du passé.

Après une présentation de son travail par l’artiste lui-même, Valentine Umansky, curatrice d’art international à la Tate, Londres, et Francis Habouzit (CDPC, Paris Nanterre) commentera l’oeuvre, avant une discussion plus libre avec l’assistance. 

La séance du séminaire a eu lieu sur le campus de Paris Nanterre, bâtiment Simone Veil, salle 352, ainsi qu’en ligne

Pour mieux connaître le travail de Nicolas Daubanes, vous pouvez vous reporter sur son site personnelle site de son galeriste, ou le site documents d’artistes

Pour avoir accès à l’enregistrement audio de la séance, merci d’écrire à ntoth@parisnanterre.fr 

 

Séminaire-rencontre avec Jean-Stéphane Bron autour du film documentaire Cleveland contre Wall Street

Dans le sillage de la crise des crédits immobiliers toxiques (dit “subprimes”) de 2008, un procès fictif a été monté à l’initiative de la ville de Cleveland, Ohio, contre les banques de Wall Street accusés d’être responsables pour les conséquences économiques et sociales de la crise qui a fortement touché certains quartiers de la ville. Jean-Stéphane Bron a filmé ce procès qui se déroulait sans scénario écrit à l’avance, avec un juge, un jury, des avocats et des témoins qui jouent leur propres rôles. Le réalisateur viendra nous présenter ce travail et Sylvie Lindeperg (Histoire, Panthéon Sorbonne) et Yvonne Muller-Lagarde (Droit, Université Paris Nanterre) discuteront du film du point de vue de l’histoire des procès filmés et du droit pénal des affaires.

Le film a été projeté en amont de la séance, à 16h, dans la salle 141/142 du bâtiment Simone Veil. Le séminaire a eu lieu sur le site de Paris Nanterre.

Séminaire-rencontre avec M. NourbeSe Philip autour de Zong!

Le livre de poésie Zong! (2011) est fait à partir du texte de la décision de Gregson vs Gilbert (1783) dans l’affaire du navire esclavagiste Zong. Dans cette affaire, 143 esclaves ont été tués suite à un manque d’eau à bord, et un procès a été intenté contre les assurances qui avaient refusé la demande des propriétaires du navire de compensation pour perte de biens. À la fois oeuvre élégiaque et oeuvre d’attaque contre le texte de la décision, le livre de poésie de M. NourbeSe Philip résonne avec les demandes de justice plus contemporaines, notamment au sein du mouvement Black Lives Matter. La poète présentera son travail en visioconférence depuis Toronto. Abigail Lang (Poésie américaine, Université de Paris) et Djohar Sidhoum-Rahal (Droit, Université Paris Nanterre), discuteront ensuite de l’ouvrage depuis le point de vue de la littérature et du droit.

SEANCE EN ANGLAIS

La séance a eu lieu le 30 septembre 2021 sur le campus de Paris Nanterre et en ligne.

Séminaire-rencontre avec Franck Leibovici et Julien Seroussi autour de bogoro (livre) et muzungu (installation)

Livre difficilement classable, bogoro de Franck Leibovici et de Julien Seroussi reprend les textes du procès de Germain Katanga et Mathieu Ngudjolo Chui, accusés de crimes contre l’humanité et crimes de guerre au Congo, à la Cour pénale internationale. muzungu, exposition créée par les mêmes artistes, présente en forme d’installations artistiques les documents de preuve apportés à la Cour. Pourquoi faire circuler ainsi les documents juridiques dans le champ littéraire et les lieux d’exposition ? Pour en parler, nous aurons le plaisir d’accueillir Franck Leibovici et Julien Seroussi qui présenteront leur travail. Frédérik Detue (Littérature comparée, Université de Nice) et Ghislain Mabanga (Droit, Université Paris Nanterre) discuteront par la suite des oeuvres du point de vue de la littérature et du droit.

La séance s’est tenue le 20 mai 2021, sur le campus de Paris Nanterre et en ligne, et elle a été enregistrée. Vous pouvez accéder à l’enregistrement en écrivant à Naomi Toth (ntoth@parisnanterre.fr).

Séminaire-rencontre avec Emilie Rousset et Maya Boquet autour de la pièce Reconstitutions : le procès de Bobigny

Pourquoi rejouer aujourd’hui le procès de Bobigny, événement phare dans la lutte pour la légalisation de l’avortement en France ? Quels dispositifs théâtraux permettent de mieux comprendre l’histoire du procès, tout en saisissant ses enjeux contemporains pour la défense des droits des femmes ? Les dramaturges Émilie Rousset et Maya Boquet nous parleront de leur pièce Reconstitutions : le procès de Bobigny, entre archive, série d’entretiens et oeuvre d’art.


Bérénice Hamidi-Kim (Arts du spéctacle, Université Lyon 2) et Lisa Carayon (Droit, Université Sorbonne Paris Nord) discuteront par la suite de la pièce du point de vue des études théâtrales et du droit.

Un extrait filmé de la pièce peut être vu ici.

Le séminaire s’est tenu en ligne le 15 avril 2021. Vous pouvez voir l’enregistrement de la séance ici.